Boostez vos achats et recrutements de travailleurs handicapés !

L’Inclusive Tour s’arrêtera à Strasbourg et permettra de présenter d’une part, les différents acteurs liés à l’emploi de travailleurs handicapés et d’autre part, la réforme des entreprises adaptées et l’obligation d’emploi de travailleurs handicapés. L’ADIRA est partenaire de cet événement qui aura lieu le 21 novembre 2019. 

Sébastien Citerne, Directeur Général de l’UNEA, Union Nationale des Entreprises Adaptées, vous en dit plus sur la situation actuelle et les évolutions à venir concernant l’emploi de travailleurs handicapés. 

 

  • Quel est le rôle de l’UNEA ? combien d’entreprises adaptées sont en Alsace ?

Créée en 1987, l’Union Nationale des Entreprises Adaptées (UNEA) est une association professionnelle qui fédère les Entreprises Adaptées et les représente auprès des acteurs publics et privés.

L’UNEA défend et promeut le modèle de l’Entreprise Adaptée en communiquant leur savoir-faire et leur professionnalisme, en soutenant leur développement, et en tissant dans le milieu économique tous liens favorables à la croissance et à l’emploi pérenne de personnes en situation de handicap.

L’UNEA accompagne les Entreprises Adaptées dans leur politique RSE afin de développer et mesurer leur performance économique, sociale, et environnementale et de la valoriser auprès de leurs parties prenantes, notamment leurs partenaires économiques.

L’UNEA fédère 560 Entreprises Adaptées soit 70 % de l’ensemble du secteur et 80 % de l’ensemble de leurs salariés. Chaque année plus de 40 000 travailleurs en situation de handicap travaillent dans une Entreprise Adaptée.

La Région Grand est comprend un peu plus de 100 entreprises adaptées dont 42 en Alsace (31 pour le Bas-Rhin, 11 pour le Haut-Rhin).

 

  • Quels sont les enjeux de l’inclusion aujourd’hui pour les entreprises ?

L’obligation d’emploi des personnes en situation de handicap reste fixée à 6 % à partir du 1er janvier 2020, ce taux pourra cependant être revu tous les 5 ans en fonction du nombre de demandeurs d’emploi en situation de handicap. Si la déclaration est obligatoire pour toutes les entreprises, seules les entreprises de plus de 20 salariés se voient appliquer l’obligation de 6 %. Les formalités changent : la déclaration se fera via la DSN et la collecte via les URSSAF ou la MSA (Mutualité sociale agricole).

Le grand changement réside dans le fait que la déclaration s’applique au niveau de l’entreprise et non plus au niveau de chacun des établissements.

L’incitation à recourir à la sous-traitance est maintenue mais devient désormais une déduction de la contribution.

 

  • Quel est le niveau de compétitivité des entreprises adaptées ?

Les entreprises adaptées sont vues par leur partenaire économique comme des fournisseurs lambda qui doivent répondent aux même exigences de qualité, de prix et de réactivité que n’importe quel autre fournisseur. Aujourd’hui, les entreprises adaptées travaillent dans de nombreuses filières et plus de 250 métiers sont référencés. Nous retrouvons des acteurs dans des technologies de pointe, dans l’industrie, dans le numérique, le service, l’agroalimentaire, les métiers « verts », la communication, la gestion de l’événementiel…

On constate depuis des années une évolution des métiers des entreprises adaptées.

 

  • Est-ce que les entreprises recrutent suffisamment de salariés porteurs d’un handicap et quelles en sont les raisons ?

La réforme de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés est une conséquence d’un constat évident : voilà 30 ans que l’obligation existe mais le taux d’emploi reste aujourd’hui figé autour de 3,5 % dans le secteur privé. En même temps, le nombre de demandeurs d’emploi handicapés inscrits à Pôle Emploi n’a jamais été aussi élevé (près de 520 000 personnes).

S’il y a toujours des craintes, des préjugés sur l’emploi des personnes en situation de handicap, il faut reconnaître que leur niveau de qualification demeure le principal frein. Nous avons aujourd’hui un énorme décalage entre les compétences recherchées et le niveau de qualification des personnes.

Certains salariés masquent leur handicap à leur employeur même si la déclaration de la qualité de travailleur handicapé s’est beaucoup « démocratisée ».  La RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) permet de pallier aux difficultés que peuvent rencontrer des personnes dont le handicap a des répercussions sur leur emploi ou leurs conditions de travail.

Boostez vos achats et recrutements de travailleurs handicapés !

Sébastien Leduc

Responsable compétitivité des entreprises et dynamique des territoires

Envoyer un mail

Plus d'actualités