MARI : l’histoire d’une reprise réussie

L’entreprise MARI est installée à Gundershoffen depuis 1934. Elle est notamment spécialisée dans la découpe de papier à façon. Avec l’appui de l’ADIRA, MARI vient d’être reprise par Hassane Outzinout, ce qui a permis de maintenir une vingtaine d’emplois et d’envisager le développement de l’entreprise.

MARI, depuis 1934 à Gundershoffen

Georges Jaggi a créé MARI (historiquement, Manufacture Alsacienne de Rubans Industriels) en 1934 à Gundershoffen en Alsace du Nord. D’abord spécialisée dans les rubans isolants pour les câbles électriques, MARI n’a cessé de se diversifier pour s’adapter aux besoins de ses clients et aux contraintes de son environnement économique. L’entreprise s’est fortement développée lors de l’arrivée du papier carbone à la fin des années 1950.
A partir de  1968, l’entreprise est gérée par Frédéric Rusch, associé de Georges Jaggi. Elle connaît alors 4 extensions successives pour suivre son développement et atteindre 4500 m² de bâtiment.
En 1985, Gérard Rusch, le fils de Frédéric Rusch, continue l’aventure MARI accompagné par son frère Jean Georges Rusch, à la tête de la direction technique à partir de Janvier 2000, et développent de nouvelles activités (autocopiant, découpe de papiers, rubans double face pour les enveloppes, étiquettes, papiers alimentaires, emballages…).
Soucieux de préserver l’activité alors qu’il dépasse l’âge de la retraite, Gérard Rusch contacte l’ADIRA à la recherche d’un repreneur pour permettre à l’entreprise de perdurer et de maintenir les emplois. Hassane Outzinout devient PDG de MARI en 2020, reprend 17 salariés et co-construit avec Gérard et Jean-Georges Rusch la stratégie de développement pour les prochaines années.

 

Une expertise dans les papiers, adhésifs, colles, encres, films holographiques… pour répondre aux demandes de ses clients

MARI est un acteur reconnu pour son savoir-faire centré sur la découpe à façon de papiers, cartons, films… pour des secteurs d’activité variés (notices pour la pharmacie, étiquettes hydrosolubles pour l’agroalimentaire, l’automobile ou la logistique, papier cuisson, papier pour l’impression de livres, papier sulfurisé, papier carbone pour les dentistes, rubans doubles faces pour les enveloppes, films holographiques pour enjoliver des emballages…). MARI a développé une expertise pour répondre à ses clients (papetiers, transformateurs de papiers en packaging, imprimeurs…) à partir de papiers, adhésifs, films, colles, encres…
Ayant investi régulièrement pour gagner en compétitivité et se diversifier, l’entreprise dispose d’un parc machines pour répondre aux besoins de chaque secteur. L’atelier et les coupeuses sont équipées de moyens techniques permettant de réguler l’hygrométrie, de réduire l’électricité statique et de contrôler de manière efficace les produits transformés.
Enfin, MARI se démarque de ses concurrents par la qualité irréprochable de ses produits et services très appréciés de ses clients en France et à l’étranger.

 

Hassane Outzinout, un repreneur attaché à l’histoire de l’entreprise

Issu du monde du packaging et ayant de l’expérience dans la R&D, Hassan Outzinout a effectué une partie de sa carrière dans le Haut-Rhin. Diplômé de l’ESSEC Business School, il souhaitait trouver une activité à reprendre. Lorsqu’il a rencontré Gérard Rusch, qui avait fait part à l’ADIRA de son souhait de cession, et a découvert l’entreprise MARI, il s’est projeté dans l’entreprise et a rapidement identifié l’expertise des équipes, la qualité des produits et des services apportés aux clients, ainsi que le potentiel de développement de MARI. Hassane Outzinout était également sensible à l’histoire du site qui a su s’adapter aux contraintes environnementales et industrielles pour survivre. Il a mené un travail main dans la main avec Gérard Rusch afin de préparer la cession dans les meilleurs conditions possibles.

 

L’accompagnement de l’ADIRA pour une cession en moins d’un an

Frank Becker est intervenu auprès du cédant et du repreneur afin de les accompagner dans cette cession. Hassane Outzinout a particulièrement apprécié les encouragements de Frank Becker, son soutien lors des diverses démarches à accomplir. Il a apporté des conseils stratégiques et financiers et a organisé les rendez-vous avec les banques, la Région Grand Est, SODIV…
Pour Hassane Outzinout, ce rôle de facilitateur s’est révélé capital pour obtenir le financement des banques. Les mises en relation de l’ADIRA ont également permis d’obtenir un prêt SODIV et l’entreprise vient de démarrer un diagnostic Industrie du Futur proposé par la Région Grand Est. Par ailleurs, Frank Becker a organisé la rencontre avec d’autres industriels du territoire pour de prochaines collaborations fructueuses.

Hassane Outzinout, repreneur, et Gérard Rusch, toujours impliqué dans la poursuite de l’activité, ont de nombreux projets d’investissement et de recrutement pour développer l’entreprise dans les prochaines années.

MARI : l’histoire d’une reprise réussie

Frank Becker

Directeur Général Délégué

Envoyer un mail

Plus d'actualités