Auto Câble : l’innovation dans son ADN

L’ADIRA fête ses 70 ans en 2020 !
A l’occasion de cet anniversaire, nous souhaitons mettre à l’honneur une sélection d’entreprises qui ont été accompagnées par l’ADIRA pendant une longue période, certaines depuis leur implantation en Alsace !
Nous vous invitons à (re)découvrir ces succès et nous remercions les dirigeant(e)s pour leur dynamisme, leur volonté de se développer en Alsace et leur confiance.

 

Auto Câble dépend du groupe allemand Auto-Kabel et est spécialisée dans la fabrication de câbles pour l’automobile. 300 collaborateurs travaillent aujourd’hui dans l’entreprise installée à Masevaux depuis 1990.
En forte croissance, Auto Câble a mené plusieurs projets d’extension et d’investissement sous le pilotage de Marc Koenig, dirigeant dynamique et visionnaire pour développer l’emploi dans la Vallée.
L’entreprise a été accompagnée dès le début par l’ADIRA.

 

Une implantation en un temps record en 1990

La maison mère Auto-Kabel est née en 1930 à Cologne et dispose d’une usine à Lörrach. A la fin des années 1980, l’entreprise allemande, qui rencontrait des difficultés de recrutement (car les opérateurs préféraient travailler en Suisse plutôt qu’en Allemagne), a commencé à prospecter côté français.

En 1989, le maire de Masevaux, Paul Kachler, fortement impliqué dans le développement économique du territoire, a proposé un terrain à Dieter Griesenbach, dirigeant d’Auto-Kabel. Le site bucolique de la vallée de Masevaux a beaucoup plu au PDG d’Auto-Kabel pour l’installation d’une nouvelle usine. Il était également particulièrement intéressé par la main d’œuvre disponible localement, le fait de s’éloigner de la frontière suisse qui attirait des salariés et la proximité de deux usines PSA avec lesquelles, pourtant, Auto Câble Masevaux  n’a jamais travaillé ! Dieter Grisenbach a déclaré à la presse en mars 1990 : « On trouve encore en Alsace du personnel compétent et des cadres ».

Avec l’accompagnement des élus et du CAHR (Comité d’Action économique du Haut-Rhin qui a fusionné avec l’ADIRA en 2016) dès le début du projet, l’entreprise a pu construire, en un temps record, un bâtiment de 2500 m² dans la zone industrielle de l’Allmend. Ce bâtiment a bénéficié de l’intervention d’Alsabail et du soutien du Département du Haut-Rhin ainsi que de la commune de Masevaux. Paul Kachler était alors à la fois Maire de Masevaux et dirigeant de l’entreprise.

L’activité a démarré rapidement grâce à la reprise de salariés de Japardan, entreprise en difficultés à Lauw. Ainsi, Auto Câble a commencé à Masevaux avec 13 salariés, principalement des femmes et a rapidement connu une forte croissance. Le dynamisme et la volonté des équipes en Alsace ont été très appréciés par les dirigeants du groupe allemand.

Auto-Kabel compte désormais 9 usines à travers le monde (trois en Allemagne, une en France, une en Suisse, une en Tchéquie, une en Serbie, une au Mexique et une en Chine). Le groupe emploie 3000 collaborateurs dont 300 (et 70 intérimaires) à Masevaux.

Le « métier » du site de Masevaux consiste à fournir les constructeurs automobiles en câbles d’alimentation de la batterie au démarreur ou à l’alternateur. C’est un acteur de petite taille dans le secteur mais qui se distingue par ses capacités d’innovation et la pluralité de ses métiers. Marc Koenig incite d’ailleurs les commerciaux à intervenir le plus en amont chez les constructeurs afin de proposer des solutions innovantes et intéressantes techniquement.

Des extensions régulières pour suivre la croissance de la demande

Deux ans après l’installation d’Auto Câble, plus de 100 personnes avaient été recrutées et l’entreprise se trouvait déjà à l’étroit. En 1992, un deuxième hall de 6000 m² a permis de répondre à la forte croissance. En effet, Auto Câble a gagné régulièrement des marchés avec différents constructeurs : Ford, BMW puis Audi, Rolls Royce, Range Rover, Mercedes…

Ces développements ont été suivis par Alexandre Rigaut et Eric Thoumelin du CAHR.

L’expansion du site se poursuit encore aujourd’hui : un nouveau bâtiment de 820 m² est en cours de construction pour augmenter la surface de production et de stockage. Avec les équipements, l’investissement s’élève à 5,2 millions d’euros à Masevaux. Le nouveau bâtiment sera opérationnel en octobre 2020. Marie Blanck accompagne l’entreprise pour sa demande de soutien auprès de la Région Grand Est et le recrutement à venir de 10 à 12 nouveaux opérateurs.

Une forte capacité d’innovation pour pérenniser les emplois

Marc Koenig a travaillé dès le début de l’aventure aux côtés de Paul Kachler qui lui a confié la Direction du site dès 1991. En concurrence avec d’une part, les fournisseurs de rang 1 et d’autre part, les autres unités du groupe, en particulier dans les pays low cost, Marc Koenig a toujours été convaincu qu’il fallait innover pour progresser, rester compétitif et surtout préserver les emplois.

Il a su s’entourer de compétences et faire confiance à ses équipes pour renforcer le site local et développer un état d’esprit d’innovation. Ainsi, l’année 1996 représente une année charnière : l’usine de Masevaux devient indépendante et permet à Marc Koenig de créer ses propres services méthodes, logistique, qualité…

Le site développe alors de nombreux métiers et savoir-faire pour répondre aux attentes de donneurs d’ordres, gagner en autonomie et se rendre « indispensable » vis-à-vis du groupe. L’entreprise achète par exemple des bobines de cuivre et se charge de l’extrusion afin de recouvrir les câbles de gaines plastique. Cette matière première est fournie aux autres usines du groupe à travers le monde.

Marc Koenig a développé avec le bureau d’études une expertise pour automatiser les process et fabriquer en interne les machines nécessaires à la production des câbles. Ces machines sont conçues à Masevaux au sein du Département Travaux Neufs, elles sont imaginées, développées et programmées en interne, améliorées à l’usage puis vendues aux autres sites du groupe. Cette vision de la nécessaire automatisation des process présente de nombreux avantages. Elle permet d’automatiser des tâches et donc de gagner en fiabilité et en compétitivité localement afin de faire face aux sites situés dans des pays low cost. La compétitivité du site préserve les emplois localement et prévient les éventuels troubles musculosquelettiques liés aux tâches répétitives à faible valeur ajoutée. Par ailleurs, les machines étant conçues et programmées en interne, leur maintenance et leur reconditionnement sont grandement facilités afin d’augmenter leur durée de vie.

Le dirigeant se porte régulièrement volontaire au niveau du groupe pour devenir site pilote. Dès 2001, Auto Câble était pilote pour fabriquer des câbles en aluminium plutôt qu’en cuivre afin de contribuer à l’allègement des véhicules. Avec l’alu, il est possible de fournir des Câbles plats « mis en forme » qui gagnent de la place dans les véhicules.
L’entreprise a développé un savoir-faire pour le pliage et la mise en forme des câbles afin de fournir des produits à valeur ajoutée pour les constructeurs automobiles.

Il a aussi répondu présent pour développer des systèmes de sécurité pyrotechniques : SBK puis HVS qui permettent de couper l’alimentation en cas de chocs et ainsi d’éviter le risque d’incendie.

Marc Koenig exprime une forte reconnaissance envers ses équipes pour leur implication et leur dynamisme. De nombreux parcours de formation sont proposés en interne pour monter en compétence. Dans les ateliers, 2/3 du personnel est féminin. Leur assiduité, précision, application sont très appréciées.

Toujours en avance sur les évolutions du marché, l’entreprise a déjà développé des compétences pour répondre aux attentes des véhicules hybrides et électriques.

Retrouvez d’autres belles histoires de développement économique
à l’occasion de nos 70 ans cette année !

Auto Câble : l’innovation dans son ADN

Marie Blanck

Responsable du développement entreprises et territoire Thur Doller

Envoyer un mail

Plus d'actualités