Menu

Accueil / Quoi de neuf ? / Succès de la conférence sur la compétitivité

Succès de la conférence sur la compétitivité lors de l'Assemblée Générale de l'ADIRA

L'ADIRA a organisé une conférence sur la compétitivité le 1er juin 2012 à l'Hotel du Département. Près de 200 personnes ont assisté à cet événement.

Francis Grignon, Président de l'ADIRA et Guy-Dominique Kennel, Président du Conseil Général du Bas-Rhin ont invité Isabelle de Kerviler du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) à présenter son avis intitulé : "La compétitivité : enjeu d'un nouveau modèle de développement".

Isabelle de Kerviler et Guy-Dominique Kennel - Photo CG67

Cet avis a été adopté à l'unanimité par les partenaires sociaux.

Isabelle de Kerviler a tout d'abord établi que la compétitivité ne se résume pas à des comparaisons de coûts du travail. D'ailleurs, d'après cet indicateur, le coût du travail dans l'industrie est équivalent en France et en Allemagne. 

La compétitivité ne constitue pas un objectif en soi mais un moyen pour lequel plusieurs facteurs déterminants peuvent être définis tels que : 
- les coûts des matières premières et de l'énergie,
- le coût du capital,
- le taux de change,
- la qualité des produits,
- le service après-vente,
- l'effort de recherche et d'innovation,
- l'organisation du travail,
- l'investissement dans la formation continue,
- la capacité à trouver des financements,
- les politiques publiques... 

Ces facteurs ont été passés en revue afin de détecter des propositions pour améliorer la compétitivité dans un cadre de développement durable. 

Isabelle de Kerviler est convaincue que l'industrie est fondamentale pour le développement de l'économie. Un bon socle industriel est nécessaire pour développer des services performants et l'industrie représente de nos jours 80% des exportations et 85% de l'innovation. 

Plusieurs différences ont été mentionnées entre les situations française et allemande. En France, les établissements de taille intermédiaire sont moins développés qu'en Allemagne. Les encourager permettrait de favoriser les capacités d'export et d'innovation des entreprises. 

Par ailleurs en Allemagne, le poids de la recherche privée serait un vecteur propice pour le développement d'innovations dans l'industrie. 

Enfin, Isabelle de Kerviler a insisté sur la meilleure capacité en Allemagne à "travailler ensemble" : dialogue social, plus d'échanges entre l'Etat et les régions, meilleures relations avec les actionnaires... 

Après cette phase de constat des atouts et faiblesses du modèle français, plusieurs propositions ont été émises par le CESE : 
- définir des objectifs à long terme pour une croissance durable et pour une véritable politique industrielle européenne,
- améliorer l'environnement des entreprises grâce à de meilleures capacités de financement, des infrastructures de qualité et une stabilisation de l'environnement fiscal et social,
- valoriser le potentiel humain : renforcement de l'attractivité des métiers scientifiques, favoriser l'apprentissage et la formation continue, associer des salariés à la gouvernance des entreprises, encourager la responsabilité sociale des investisseurs,
- dynamiser l'appareil de production : développement des ETI et partenariats entre entreprises, montée en gamme dans l'industrie, renforcement de la R&D et de l'innovation. 

De nombreux chefs d'entreprises et élus ont assisté à cette conférence et ont apprécié l'intervention d'Isabelle de Kerviler. 

Conférence compétitivité - Photo CG 67

En complément

Images :

Francis Grignon, Isabelle de Kerviler et Guy-Dominique Kennel
Francis Grignon, Isabelle de Kerviler et Guy-Dominique Kennel

Conférence sur la compétitivité à l'Hôtel du Département
Conférence sur la compétitivité à l'Hôtel du Département

To Top