Menu

Accueil / Quoi de neuf ? / Portrait #6 : Odile Ehrbar et Carole Gassmann, Co-fondatrices de Dosch

Portrait #6 : Odile Ehrbar et Carole Gassmann, Co-fondatrices de Dosch

Odile Ehrbar Carole Gassmann_Dosch_ADIRASuite au succès du 1er magazine hors-série de ZUT ! dédié aux entrepreneurs du Bas-Rhin en collaboration avec l'ADIRA, nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie d'un deuxième numéro pour mars 2016. Afin de susciter autant d'engouement et de surprise, nous avons décidé de retravailler le contenu du magazine pour le rendre plus riche et plus dynamique. Si vous souhaitez devenir partenaire, merci de contacter Eurydice Hallé. En attendant, re-découvrez nos portraits "Bas-Rhin vu par" !

Elles se sont rencontrées en 2006, Carole Gassmann, conceptrice-designer, était alors une cliente d'Odile Ehrbar, responsable de l'entreprise Adax'O de Mundolsheim, spécialisée dans les écoproduits. L'envie de travailler ensemble les titillait déjà… En juin 2012, elles créent ensemble leur entreprise de sacs en lui donnant comme nom la traduction alsacienne de leur produit, “dosch” signifiant “sac”. Pour réaliser des sacs de villes et des utilitaires, esthétiques et pratiques, elles recyclent des matériaux à partir de bâches publicitaires, de ceintures de sécurité, de poches d'airbags, de rebus des industries de stores, avion, chaussures… Les deux femmes privilégient le 100 % local, artisanal et le savoir-faire alsacien. Seule entorse au « 100 % alsacien » : la graine de tagua, de l'ivoire végétal, qui décore chaque sac ; elle vient d'Équateur où elle est façonnée par une coopérative de femmes que soutient depuis longtemps Odile Ehrbar. À partir des matériaux recyclés, elles imaginent des assemblages et soumettent les prototypes à un artisan maroquinier du sud de Strasbourg. Elles visent deux marchés : celui des particuliers, avec une sélection vendue en ligne, mais aussi dans des boutiques de mode et d'artisanat et sur des salons Bio, et celui des entreprises auxquelles elles confient leurs anciennes bâches pour en faire des objets utilitaires ou publicitaires offerts aux commerciaux et aux clients. Fabriquer les DOSCH en Alsace présente un double avantage : réduire l'empreinte carbone tout en privilégiant les emplois en région. Et même si ce choix a un prix révélateur des coûts réels de mains d'oeuvre qualifiées en Alsace – il faut compter entre 50 et 120 € pour l'acquisition d'un sac – il s'agit de modèles uniques, personnalisables, faits main. Avec l'objectif de produire à terme aux alentours des 200 sacs par mois, les deux alsaciennes envisagent de passer par une phase de mini industrialisation. Laquelle nécessitera sans doute une première embauche et l'installation dans un nouveau local capable d'accueillir les plus de 1 000 m² de bâches en attente dans l'atelier. L'ADIRA accompagne l'entreprise dans ses réflexions stratégiques et la recherche de ses futurs locaux.

Cette entreprise a été suivie par Sébastien Leduc.

- le portrait pdf
- le reportage de StrasTV
- la vidéo du making-of
- la vidéo de la soirée
- l'album photos de la soirée

Crédit Photo : Christophe Urbain

Retrouvez d'autres portraits d'entrepreneurs dans notre rubrique Portraits ZUT !.

To Top