Menu

Accueil / Quoi de neuf ? / Portrait #30 : Maïtena Labarère-Geyer, Déléguée régionale Alsace d'Orange Est

Portrait #30 : Maïtena Labarère-Geyer, Déléguée régionale Alsace d'Orange Est

Maïtena Labarère-Geyer_Orange_ADIRASuite au succès du 1er magazine hors-série de ZUT ! dédié aux entrepreneurs du Bas-Rhin en collaboration avec l'ADIRA, nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie d'un deuxième numéro pour mars 2016. Afin de susciter autant d'engouement et de surprise, nous avons décidé de retravailler le contenu du magazine pour le rendre plus riche et plus dynamique. Si vous souhaitez devenir partenaire, merci de contacter Eurydice Hallé. En attendant, re-découvrez le dernier portrait. Celui de Maïtena Labarère-Geyer, Déléguée régionale Alsace d'Orange Est, un des grands partenaires du premier magazine.

Huitième employeur privé d'Alsace, Orange mobilise ses fonds propres pour développer la Fibre sur le territoire (2 milliards d'euros d'investissement en France). Ce géant de l'innovation bâtit sa croissance sur les infrastructures du futur et sait, pour cela, se montrer proche des acteurs du territoire. Accompagner les collectivités locales et les acteurs socio-économiques sur les enjeux du numérique, c'est justement le rôle de Maïtena Labarère-Geyer.

C'est dans un contexte international et multiculturel que Maïtena Labarère-Geyer a fait toute sa carrière. Depuis 2013, elle est Déléguée régionale en Alsace aux côtés d'Yves-André Leroux, le Directeur Orange Est, dernièrement arrivé à Strasbourg, pour piloter l'activité d'Orange dans le grand Est. Les missions de Maïtena Labarère-Geyer : développer les usages autour de l'innovation et accélérer le déploiement des réseaux du futur. « La Fibre est déjà largement déployée dans le Bas-Rhin, même si personne n'a pu voir de gros travaux. D'ici 2020, 73 communes alsaciennes, soit 51 % de la population, seront couvertes. » nous confie-t-elle. Et de qualifier de « révolution invisible » l'arrivée de ce tube de verre pas plus grand qu'un cheveu. « La Fibre, c'est de la lumière. Elle est insensible aux perturbations comme la pluie ou les orages et ne nous contraint pas en termes de vitesse ou de débit, quelle que soit la distance de notre habitation au réseau. »

Maïtena Labarère-Geyer détaille les trois offres destinées à des besoins bien différents. Pour les particuliers, on parle de FTTH (Fiber To The Home), une fibre mutualisée avec un débit allant jusqu'à 500 Mégabits/seconde. Pour les professionnels, on parle de FTTH Pro. C'est le même réseau, mais avec des prestations dédiées comme les appels simultanés ou une plus grande capacité de stockage. Enfin, pour les entreprises, on parle de FTTO (Fiber To The Office), un réseau dédié aux entreprises avec des services adaptés. « Orange couvre 92 % des entreprises alsaciennes de plus 20 salariés et les 8 % restantes peuvent bénéficier de la Fibre en souscrivant une offre sur-mesure allant jusqu'à 2 Gbits/s », poursuit-elle. En résumé, « lorsque l'on évoque le Très Haut Débit, on parle de Très Haut Débit “fixe” basé sur la fibre optique, 30 fois plus rapide que l'ADSL, et de Très Haut Débit “mobile” avec la 4G. L'amélioration de la couverture des villes en 4G se poursuit d'ailleurs dans le Bas-Rhin avec plus de 72 % de la population couverte fin 2014 ». Strasbourg bénéficie même de la 4G+ depuis juillet 2014, c'est la première ville équipée par Orange ; la 4G+ permet des débits théoriques supérieurs à 220 Mbits/s. Ainsi, les nouvelles technologies favorisent la transformation digitale des entreprises.

C'est pourquoi, Maïtena Labarère-Geyer prend à coeur d'accompagner les acteurs privés sur les enjeux du numérique. Dans la sphère privée, nos usages au quotidien sont également transformés. « Tout va très vite. Maintenant, on consulte en moyenne quotidiennement 150 fois son smartphone – que l'on considère comme le prolongement de sa main –, on paye d'un seul geste avec Orange Cash, on gère sa maison à distance grâce au progrès de la domotique avec l'application Homelive. En matière de Silver économie, il s'agit de permettre et d'encourager les innovations qui vont nous accompagner dans notre avancée en âge et faire reculer la perte d'autonomie. Au final, les spécialistes pensent qu'il y aura 50 à 80 milliards d'objets connectés autour de nous dans le monde d'ici 2 à 3 ans. » Pour développer les villes dites intelligentes, Orange dispose de plus de 5 000 chercheurs et s'est doté d'une politique forte en matière d'Open Innovation. Le Groupe mise beaucoup sur Strasbourg qui en a fait, en 2012, une ville pionnière pour le NFC (Near Field Communication), puis une ville pilote en 2014 pour le paiement sans contact, avec un beau rayonnement à l'international. Mais la ville intelligente, c'est aussi faciliter l'accès à la culture grâce à la réalité augmentée par exemple, payer son stationnement avec son mobile, piloter l'éclairage public ou la collecte des déchets, travailler dans un télé-centre ; elle impacte l'université, la santé… « La liste est longue.

Nous avons beaucoup d'idées et le champ des possibles est extrêmement large. La ville intelligente en Alsace peut être une réalité dès demain », ajoute Maïtena Labarère-Geyer avant d'évoquer l'agriculture intelligente ou agriculture connectée, en citant pour exemple l'arrosage des vignes en Alsace. Orange, qui a fêté ses 20 ans l'an dernier, emploie près de 1 800 salariés en Alsace, dont 74 % dans le Bas-Rhin, et soutient de nombreuses initiatives locales en assumant un rôle solidaire à forte implication sociétale comme le soutien à la mission locale de Strasbourg, le mécénat de compétences, le combat contre l'autisme, l'engagement pour la diversité et l'égalité professionnelle ou le soutien aux évènements sportifs et culturels. En tant que « coach numérique de proximité », le Groupe s'est naturellement engagé auprès de l'écosystème numérique alsacien en soutenant des événements tels que TEDxAlsace, Bizz & Buzz et le Digital Health Camp. À plus grande échelle, Orange soutient les jeunes entreprises innovantes avec Orange Fab, son accélérateur de start-ups. Maïtena Labarère-Geyer souhaite que les start-ups alsaciennes utilisent encore plus ce levier, celui du concours européen Hello Tomorrow Challenge ou encore le programme Orange Partner.

- le portrait pdf
- le reportage de StrasTV
- la vidéo du making-of
- la vidéo de la soirée
- l'album photos de la soirée

Crédit Photo : Hugues François

Retrouvez d'autres portraits d'entrepreneurs dans notre rubrique Portraits ZUT !.

En poursuivant votre navigation sur ce site : vous acceptez l'utilisation de cookies ou vous souhaitez en savoir plus
To Top