Menu

Accueil / Quoi de neuf ? / L'ADIRA accompagne les repreneurs de Sotralentz

L'ADIRA accompagne les repreneurs de Sotralentz

L'origine de la société Sotralentz remonte à 1904, avec la création - par Jacques Lentz - d'un atelier de réparation de vélos et de petites machines agricoles à Drulingen. Pendant plus d'un siècle, la société, qualifiée de « pépite industrielle de l'Alsace Bossue » se développe à travers cinq domaines d'activité : Construction, Métal Industrie, Packaging, Habitat et ITC.

Jusqu'en 2016, le groupe emploie plus de 1 100 collaborateurs principalement à Drulingen mais également à Sarralbe et dans des filiales à l'étranger (Allemagne, Espagne, Pologne et Roumanie).

Racheté en 2008 par deux dirigeants,Messieurs Burkardt et Ducaruge, dans le cadre d'un LMBO, Sotralentz quitte le giron familial de la famille Lentz (même si Patrick Lentz conserve encore 33 % du capital).

Au cours des années précédentes, l'ADIRA a régulièrement rencontré les dirigeants de l'entreprise pour tenter d'infléchir une situation commerciale et financière qui montrait très clairement des signes d'essoufflement.

Fragilisé par la crise de 2008 et un manque de clairvoyance du nouveau management, le groupe Sotralentz est placé en redressement judiciaire par la Chambre Commerciale du Tribunal de Grande Instance de Strasbourg, le 28 septembre 2016.

Sotralentz

Une des complexités de ce dossier résidait dans le fait de dédier le site industriel de Drulingen à divers exploitants n'ayant aucune relation capitalistique entre eux et surtout de mener très rapidement et de front, plusieurs dossiers de reprise d'activités. Une équipe resserrée, composée du Commissaire au Redressement Productif, de l'administrateur judiciaire et de l'ADIRA, s'est alors rapidement mise en recherche d'entreprises françaises et étrangères en mesure de reprendre non seulement le portefeuille d'activités mais surtout de pérenniser l'emploi d'un maximum de salariés.

Force était de constater que la marque « Sotralentz » bénéficiait encore d'une notoriété certaine sur ces différents marchés, et ce malgré ses difficultés financières et son manque d'investissement. Grâce au caractère constructif des salariés et des partenaires sociaux, de nombreuses marques d'intérêt de la part de repreneurs potentiels lui ont été témoignées.

Ainsi, au cours des différentes audiences judiciaires entre les mois de décembre et de février, toutes les filiales du groupe ont trouvé un acquéreur :

  • Cession du pôle Packaging (fabrication d'emballages industriels comme des bidons, des fûts, des IBC's en polyéthylène) et Habitat (fabrication de citernes pour l'assainissement non collectif, la récupération et le traitement des eaux de pluie, le stockage de fuel et de carburant et la production d'eau chaude) à un binôme franco-allemand constitué du français Agriplas (Ille-et-Vilaine) et de l'industriel allemand Rikutec : 137 emplois préservés sur un effectif de 153 personnes ;
  • Cession du pôle Construction (fabrication de treillis soudés standard, de treillis soudés spéciaux et d'armatures façonnées) à la société allemande Sültzle Gmbh : 156 emplois préservés sur un effectif de 170 personnes ;
  • Cession du pôle Métal Industrie (fabrication de pièces de chaudronnerie lourde, mécano-soudées et usinées, de très grandes dimensions) à la société alsacienne de chaudronnerie CMO : 143 emplois préservés sur un effectif de 189 personnes ;
  • Cession de la filiale Secofab, à la société FB2M, constituée de quatre anciens cadres du groupe Sotralentz : 37 emplois préservés sur un effectif de 142 personnes.

Au final, 497 emplois ont pu être sauvegardés sur un effectif total de 718 personnes à la date d'ouverture de la procédure collective.

L'ADIRA demeure en contact étroit avec les différents repreneurs qui travaillent aujourd'hui sur de nouveaux projets d'investissement visant à développer leurs capacités de production respectives.

En poursuivant votre navigation sur ce site : vous acceptez l'utilisation de cookies ou vous souhaitez en savoir plus
To Top